Flux RSS

Journal de putsch 2

Publié le

La situation créée par les putschistes est étrange et assez inédite. Leur action semble universellement impopulaire. Il leur faudra donc mater la population, chose à quoi ils se sentent encouragés par le fait qu’ils ont apparemment le monopole de l’arsenal burkinabé. Quelqu’un contacté à Bobo me dit (j’ai pu résoudre le problème téléphonique) que le reste de l’armée est désarmé – apparemment depuis la mutinerie brouillonne de 2011. Le RSP, seule organisation armée du pays, a été saisi du vertige de la force brute. Il pense être en mesure de ligoter et immobiliser le peuple pour s’asseoir dessus, et il est prêt à « casser des œufs » pour préparer sa peu ragoûtante omelette. Des amis contactés vers Bilbalogo, pas loin du centre ville et du palais du mogho naba, me disent avoir eu vent de blessés par balles. Il doit y avoir aussi des morts, sans doute. Bref : les putschistes ne reculent devant rien, et je vois déjà leur pendre au nez une accusation au TPI.

Pour mater le peuple, il faudra instaurer un climat de peur qui empoisonnera l’existence quotidienne des citoyens. A entendre ce que j’entends, je n’imagine pas qu’il n’y ait pas de résistance civile sous diverses formes (y compris dans la rue), menant au gâchis politique, à la perte de temps économique, et surtout, j’en ai bien peur, à la perte de vies humaines. La junte, si elle parvient à se fixer, constituera par ailleurs un régime paria. Dans le contexte normatif actuel, les coups d’Etat, même « progressistes » comme celui au Niger en 2010, ont pris désormais la dimension de crimes politiques. Que penser alors d’un coup d’Etat comme celui-ci, mené par pure convenance personnelle, contre un consensus national – certes difficile comme tout consensus politique, mais réel et accepté ? Pas étonnant que la réaction de la présidente de la Commission de l’Union Africaine ait des accents presque hystériques d’outrage personnel. Elle caractérise notamment l’action des troufions du RSP d’« acte terroriste à tous égards », sans doute parce qu’en 2015, le mot « terroriste » est la plus forte description du crime politique qu’on puisse concevoir.

Bref, on va se trouver dans un pays doté d’un régime illégitime, rejeté à l’interne et paria à l’externe, qui ne pourra de ce fait pas se maintenir, qui ne pourra pas non plus organiser un processus électoral crédible, et qui se verra condamné à la fuite en avant vers on ne sait trop quels abîmes.

Convenance personnelle : le chef des putschistes, Diendiéré (pilier du régime Compaoré, cheville ouvrière de la chute de Sankara et donc dans la ligne de mire de la justice, ayant une épouse CDP blackboulée aux élections par le Conseil constitutionnel) déclare avoir agi pour défendre les intérêts du CDP et du RSP. Il le dit en termes peu voilés et d’une impudence assez époustouflante : (1) comme quoi les élections n’allaient pas être « bien organisées » du fait de l’exclusion de « certaines personnalités » (dont Mme Diendiéré) ce qui « pouvait amener des troubles ». C’est-à-dire qu’on préfère créer un incendie pour éviter un coup de flamme. Et (2) comme quoi l’armée s’acharnait contre « un régiment », et donc pour défendre ledit régiment, il fallait sacrifier l’armée.

Naturellement, cet homme ne se rend pas compte de l’étonnante clarté de son propos, révélant un égoïsme sans fond. La longue habitude d’un pouvoir sans responsabilité crée ce genre de nonchalante cécité. Je dois pourtant dire que je préfère cette franchise bébête aux bondieuseries démocratistes à travers quoi les premières déclarations des putschistes « ajoutaient l’insulte à la blessure », comme dit l’anglais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :