Flux RSS

Coïncidence par voie de Langston – un texte in english…

Publié le

A l’aube de l’indépendance, en Afrique, le poète noir américain Langston Hughes eut l’idée de composer une petite anthologie de la conscience africaine – nouvelles, essais, articles de presse, poèmes, un florilège puissant et bigarré – à quoi il donna le titre An African Treasury, et que je lis parfois le soir, à côté du Spicilège de Montesquieu. (On peut la télécharger ici et lire une recension datant de la parution du livre, en 1960, ici). Et là, dans un texte mi-nouvelle mi-essai d’un auteur sudaf que je ne connais pas, Can Themba, je tombe sur ce propos qu’il met dans la bouche d’un jeune intellectuel au cours d’un débat genre « refaisons le monde ». Cela m’amuse et m’étonne (oh, à peine), car c’est un résumé dense et « to the point » de tout le bavardage que j’ai déversé dans le pénultième billet, celui sur Satan n’est pas gay. Il y a même l’idée des Africains qui ont deux voix, une voix ancienne bien à eux et une voix récente, empruntée. Et si sa cible (en Afrique du Sud, évidemment), c’est le christianisme, ce qu’il dit sur la mentalité « pratique » des Africains face à l’idéalisme religieux vaut aussi bien pour l’Islam, comme je l’ai souvent observé. Le propos commence par une référence à l’Occident et l’Orient qui renvoyait peut-être (vu l’époque) aux deux blocs de la Guerre froide (donc l’Ouest et l’Est plutôt que l’Occident et l’Orient). Mais les mêmes points cardinaux définissent aujourd’hui encore la polarisation de l’Afrique, la religion ayant remplacé l’idéologie, en gros… Ah, détail: c’est en anglais et je n’ai pas traduit, faute de temps. C’est de l’anglais assez travaillé – de la littérature, quoi – pour donner l’apparence de l’énergie et de la spontanéité du discours. Mais je pense qu’il est facile de saisir la substantifique moelle de la chose. 

Still another: “Ya. But this African Personality idea, how does it mean to us? What does it mean, anyway?”

“I’ll tell you. In the world today are poised against each other two massive ideologies: of the East and of the West. Both of them play international politics as if we’re bound to choose between them. Between them only. We have just discovered that we can choose as we like, if we grow strong in our own character. But there’s more to this. The West has had a damned long time to win us. Win us over to western thinking. Western Christian way of living. Their ideas of democracy and their Christian ideals were wonderful, but they did not mean them.

”Let me explain. We are quite a religious people. We accept the idealism of Christianity. We accept its high principles. But in a stubborn, practical sense we believe in reality. Christian brotherhood must be real. Democracy must actually be the rule of the people: not of a white hobo over a black Master of Arts.

”To us, if a witch doctor says he’ll bring rain, we not only want to see the rain fall, but also the crops sprout from the earth. That’s what a rainmaker’s for, nay? If the bone-thrower says he’ll show up the bastard who’s been slinging lightning at me, I expect him to swing that bolt of lightning right back. So if the priest says God’s on my side, I’d like to see a few more chances and a little less white-man’s curses.

”But in any case, Christianity is now an anaemic religion. It cannot rouse the ancient in me – especially the Chaka instinct I still have. Now, you and I are educated guys. We don’t go for the witchcraft stuff. And we don’t want to go for the jukebox stuff. But much as we deny it, we still want the thrill of the wild blood of our forefathers. The whites call it savagery. Ineradicable barbarism. But in different degrees we want the colour, and vigour and vibrant appeal of it all. So the tsotsi seeks in the cowboy the way to strut across the streets with swaying hips and a dangerous weapon in each hand. So the Zionist thumps his drum and gyrates his holy fervour up the streets. So you and I and these guys here discuss politics, teasingly dancing around the idea of violence.

”All it means is that in wanting to express her demand for democratic self-determination, Africa is also releasing her ancientmost desire to live life over the brim. That’s how come we sometimes seem to talk in two voices.”

(Can Themba, Requiem for Sophiatown in African Treasury. Articles, Essays, Stories, Poems by Black Africans. Selected by Langston Hughes, New York: Crown Publishers, Inc., 1960, p. 13-14).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :