Flux RSS

Le gamin pauvre, le garnement et le grand gaillard

Publié le

Selon The Nation, la terre aurait commencé à trembler sous Israël – c’est-à-dire l’opinion publique américaine, qui est la vraie force de base  ou le levier contrôlé par Israël et la droite sioniste pour permettre à l’Etat hébreu de continuer sa cancéreuse domination des Palestiniens et étouffer périodiquement dans le sang leur légitime résistance (mise au même pied d’égalité, dans un certain commentariat occidental, que la domination israélienne et ses violences et oppressions chroniques, transformées en « droit d’Israël de se défendre ».) Le conflit ne finit pas non pas pour une énigmatique raison enveloppée dans les proverbiaux mystères de l’opaque Orient, mais simplement parce que Israël est soutenu à bout de bras par les Etats-Unis et ne voit, du coup, aucun intérêt à « négocier » un modus-vivendi qui remettrait en cause sa névrotique identité d’Etat ethnico-confessionnel. Il n’y a là que la claire netteté de l’équilibre des forces, cette banalité des rapports politiques. Israël, c’est un 1, la Palestine, c’est un 1. Mais les Etats-Unis, c’est comme trois zéros que Israël peut mettre derrière son 1. Ou encore, ceci: Israël, c’est un peu un garnement de cour de récré qui a trouvé à martyriser un gamin pauvre issu d’une famille marginale. Le garnement est protégé par le grand gaillard du CM2 qui empêche quelques élèves proches du gamin pauvre de voler à son secours. Le garnement possède un gourdin et un lance-pierre, tandis que le gamin pauvre n’a que ses poings. Le garnement a pris toutes ses billes au gamin pauvre ; ce dernier veut en récupérer au moins une partie ; le garnement lui tape aussitôt sur les doigts ; et les autres élèves regardent en leur disant de se réconcilier, qu’ils ont tous deux également tort et également raison et qu’il suffit de le reconnaître et de s’embrasser afin de tourner la page. Ce discours « sans entrailles », pour parler comme Jean-Jacques, plaît évidemment au garnement et est prononcé sous le regard approbateur du grand gaillard sur qui le garnement a un ascendant mystérieux (c’est d’ailleurs le seul vrai mystère de cette histoire bien simple). Comme le gamin pauvre, qui n’a rien à gagner et tout à perdre dans la solution proposée rechigne, le garnement en profite pour lui prendre encore plus de billes. Evidemment, si le grand gaillard laissait tomber le garnement, ce dernier se trouverait aussitôt véritablement à égalité avec le gamin pauvre. Vous le verrez alors lui rendre à toute vitesse une partie des billes qu’il lui a volées, et chercher à gagner son amitié pour désamorcer sa rancune et lui permettre de garder celles des billes qui lui plaisent le plus. Le gamin pauvre n’en serait que trop heureux : il n’aurait pas tout récupéré, mais au moins il aurait récupéré une partie de ce qu’il a perdu, et on le laisserait tranquille. Etant donné cette situation, qui est le plus à blâmer ? Le garnement, ou le grand gaillard ? Israël, ou les Etats-Unis ?

Quelle que soit la réponse donnée à cette question, ce qui est évident, c’est que rien ne changera tant que les Américains ne changeront pas. Et selon The Nation, il y aurait un début de changement chez le Grand Gaillard. Mais il n’est pas temps de se réjouir : si tremblement de terre il y a, c’est de magnitude 3 sur l’échelle de Richter (« ressenti sans causer de dommages »), tout au plus (peut-être moins même : échelle 2, « détecté mais peu ressenti »). Et The Nation est d’accord avec l’analyse du principe représentatif que j’ai faite ici à propos de tout autre chose : le changement viendra de la population américaine, non des politiciens. Et il faut bien voir que, s’agissant de la politique étrangère, la population américaine est aussi ingambe qu’un mégathérium.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :